Ce qui anime.

Fascinée par la Présence.

Obsédée par l’Animé.

 

Me voici dans l’atelier, espace sacré.

Fait de rituels, folies, et joies.

Comme une poésie de survie, par le geste.

Rythmé, structurel, intemporel. Vital.

Le geste. Simple, concis.

Celui qui retire, pour laisser la place au vide.

Laissant la forme écrire le mouvement.

Je taille comme je perçois le monde.

J’observe, écoute, sens. 

 

 

 

 

 

 

 

Animal.

À l’affût, je taille, sec.

En quête d’une identité multiple, 

patiente, je guette la métamorphose.

Chaque sculpture émet sur moi une transformation.

Elles sont le passage vers un ailleurs. Un autre.

Qui sont ces créatures hybrides ? 

D’où viennent-elles ?

 

Tant que les histoires se racontent.

Là ou récit et réalité cohabitent.

Survient la rencontre.

 

 

2019 – En cours. Recherche sur l’animalité

Bois: chêne

2016

Bois: chêne – cuir – terre – clou

Fracture

Un travail sur la séparation et le lien.

2017 – Sculpture réalisée en 3 jours lors d’un projet d’atelier aux ateliers des Beaux-Arts de la ville de Paris. 

 Sujet : LE MYTHE ACTUALISE (L’homme-lion)

Bois: chêne – Fil 

La jeune fille est le vieil arbre

Cette sculpture est la représentation d’une métamorphose issue d’un mythe actualisé.

 

 

« La jeune fille est le vieil arbre »

2053. Une jeune fille décide de se déconnecter du monde virtuel. Elle se fait chasser de sa communauté et se réfugie hors de la ville. 

En chemin, elle entend le chant des feuilles d’un vieil arbre. Celui-ci l’invite à se reposer sur ces racines. Après trois pleine lune, la jeune fille se réveilla transformée en une nouvelle créature.

2018 – Sculpture et Installation LAND-ART pour le Festival des Murs à Pêches de Montreuil édition 2018.

Bois. Fil de pêche.

L'entre - Danse

 

Cette vieille souche danseuse fût découverte dans sa cabane lors du défrichage d’une nouvelle parcelle sur le site des Murs à Pêche de Montreuil. 

La légende raconte que si l’on dépose un petit bout de mur au pied de l’Entre et que l’on continue de la faire danser, elle exaucerait les voeux…

 

2017

Bois: chêne

CE QU'IL Y A DE DELICAT ENTRE.

Un travail sur l’édification.

2015

Bois: chêne

Du rite à la métamorphose

Une expérience de taille :

 

Ne garder que l’essentiel.
Se laisser guider par les battements du coeur et sentir le souffle.

Rigueur et  concentration. 

Pas à pas.

Continuer.

 

Et traverser la frontière.

Plonger sans retenue.
Accéder alors à un lieu où les formes n’ont plus leur place, un lieu ou l’informe prend toute la place.

 

Rien ne sera jamais plus comme avant.

2017 – Installation LAND-ART pour leFestival des Murs à Pêches de Montreuil.

DES LIANES ET DES CÂBLES

Réflexion sur la continuité humain / végétal lors du défrichage d’une parcelle.

Récupération d’éléments de la décharge in situ.

Installation collective de David Tarbes, Laurie-Anne Ivol et Aurèle Dumaret. 

 

Photographie

Du macrocosme au microcosme,  j’explore le monde complexe du vivant.

Formes, matières, couleurs, contrastes.